K.I.I.A. et I.F.K.

Kinomichi

PRÉSENTATION

Préambule :

Il convient de situer la KIIA et l’IFK.

La KIIA est une association internationale qui regroupe des instructeurs d’où son nom. 

L’IFK est un groupement d’associations, les clubs et dojos affiliés à la Fédération Française d’Aïkido, Aïkibudo et discipline Associées dont les adhérents sont titulaires d’une licence fédérale. Son rôle et ses attributions sont donc différents de ceux de la K.I.I.A.

I- La K.I.I.A.  

(Kinomichi International Intrustors Association) est née de la volonté  de feu Maître Masamichi NORO aux fins de promouvoir la diffusion du Kinomichi en France et dans le monde. C’est une association créée en 2001 sur le fondement de la loi du 1er juillet 1901. Elle rassemble tous les instructeurs nommés par Maître Masamichi NORO lui-même.

Son organisation associative est parfaitement autonome. Elle n’est subordonnée à aucune organisation privée quelle que soit sa nature juridique.

De fait, son administration et son mode de fonctionnement résultent de ses statuts et de son règlement intérieur. Elle est libre de tout engagement à l’égard de tiers qui pourraient se revendiquer de ses activités ou de son objet social.

En France la K.I.I.A. est membre affilié auprès de la Fédération Française d’Aïkido, Aïkibudo et Affinitaires (F.F.A.A.A) et ses adhérents sont titulaires d’une licence fédérale. La 

F.F.A.A.A. est agréée par l’état français et est reconnue centre de formation. Elle est membre de la Fédération internationale d’Aïkido.

Au plan international, la K.I.I.A. rassemble dans le monde tous les instructeurs formés par Noro Masamichi Sensei. Elle a des représentants du Kinomichi à la Daï Nippon Butokukaï General Corporation (D.N.B.K). Sous l’égide de la famille impériale et contrôlée par le gouvernement japonais, elle est la plus ancienne association japonaise reconnue (1895) (ministère éducation) avec une nouvelle charte depuis 1953 et les mêmes prérogatives d’origine depuis 2012. En dehors du Japon, elle est représentée dans 35 pays. Organisation à caractère pluridisciplinaire, elle n’est pas axée sur la compétition sportive mais sur un aspect culturel recherchant paix et harmonie. Les grands maîtres fondateurs des Budos modernes ont tous été membres de la D.N.B.K. 

II- L’I.F.K. 

L’Institut Français du Kinomichi est un organisme fédéral national créé par la F.F.A.A.A. par une décision de son assemblée générale du 18 novembre 2018. 

Cet organisme fédéral autonome regroupe tous les clubs de kinomichi affiliés à la FFAAA, il est compétent sur l’ensemble du territoire national régit par la fédération (métropole et outre mer).

Se sont les présidents, représentants des clubs affiliés qui ont leur siège social en France, qui ont vocation à participer aux réunions délibératives de l’IFK et de définir ses orientations au plan technique, administratif et financier.

Par délégation du pouvoir fédéral il est notamment chargé :

  • De l’enseignement, de la pratique  et du développement du kinomichi 
  • De la formation des cadres enseignants
  • De la délivrance des grades Dan en liaison avec la CSDGE
  • De la délivrance des brevets fédéraux pour l’enseignement du kinomichi

Il lui revient ainsi la responsabilité d’organiser, coordonner et développer le kinomichi dans le cadre normatif fédéral. Ce cadre normatif apporte toutes les garanties de la reconnaissance ministérielle, le droit de délivrer des grades Dan, des brevets fédéraux et des diplômes d’Etat permettant d’enseigner en toute sécurité et légalité.

 Le fonctionnement de l’IFK est soumis au respect des statuts et du règlement intérieur de la FFAAA. Il dispose lui-même d’un règlement particulier.